Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 19:20

 

Faut-il vraiment faire la rentrée du 6 octobre sans avoir été recruté ?

Des professeurs toujours sans contrat ont commencé à « travailler » (bénévolement?) dès le 1/09

 

En l'absence de toute information sur la date effective des contractualisations promises en juin, le collectif vient d'envoyer, jeudi 25 septembre 2014, ce courriel à monsieur Olivier Clément, avec copie à mesdames Hidalgo, Guignard et Vapillon, à monsieur Pajot, ainsi qu'aux syndicalistes de l'Unsa et de la CGT qui nous appuient.

 

Monsieur,

    Les professeurs des Cours Municipaux d'Adultes qui ont accepté, en juin-juillet 2013, une proposition de contrat de travail de droit public émanant du BCMA, n'ont à ce jour toujours pas été recontactés pour signer ce contrat, et aucune information sur la date de signature et le règlement de leur salaire ne leur a été communiquée. 

    Les dizaines de professeurs qui ont été "convoqués" pour travailler dès le 1er septembre afin d'aider aux inscriptions, ou encore pour des réunions de rentrée, ont donc travaillé hors de tout cadre légal, et continuent à le faire le soir pour des pré-orientations se déroulant courant septembre.  La plupart des collègues qui ont commencé à travailler pour la Ville n'ont donc nullement été contractualisés, ni recrutés selon une autre modalité. Que se passe-t-il en cas d'accident sur le lieu de travail ?

    Nous vous demandons instamment de notifier avant le 6 octobre, date de début des cours municipaux, à chaque professeur concerné, à quelle date est prévue la signature de son contrat de travail, et à quelle date commencera sa rémunération mensuelle. Nous insistons sur l'urgence de réponses précises:  il paraît difficilement envisageable de faire la rentrée, le lundi 6 octobre, sans avoir été recruté légalement.

    Nous demandons enfin que les professeurs soient informés dès à présent du service et des responsables compétents pour comptabiliser les heures de travail dites "annexes" et "d'ingénierie pédagogique". Le comptage de ces heures a en effet été trop souvent problématique, depuis les premières contractualisations (2007).  Des litiges s'en sont ensuivis, étant parfois portés jusque devant le tribunal administratif. Tous les professeurs souhaitent uniquement le juste comptage de leurs heures de travail, comptage qui ne fait pas partie des missions des enseignants.

Nous restons dans l'attente de votre réponse et vous adressons nos salutations distinguées.

Le collectif pour la contractualisation des professeurs des CMA

Partager cet article

Repost 0
Published by collectif-pour-la-contractualisation-des-profs - dans Initiatives profs-syndicats
commenter cet article

commentaires

magnaud 05/10/2014 13:50

Bonjour,
Tout d'abord, merci au collectif qui s'est mobilisé pour la dé précarisation des professeurs des CMA. Grâce à vous les choses avancent et nous vous en sommes reconnaissants.

Pour revenir à un point soulevé dans votre article, à ce jour, aucune définition précise n'a été donnée sur les "heures annexes". Celles-ci représentent environ 10 % des heures annuelles proposées
dans les contrats.
Que sera-t-il exactement demandé aux professeurs?
De plus, qui est responsable pour la comptabilisation de ces heures. Comme mentionné sur le blog, cette question a déjà occasionné des litiges... A bientôt de vous lire.
CM

Prof-"contractualisée" 28/09/2014 14:50

Madame HIDALGO, que dois-je penser de vos services de RH qui ne prennent même pas la peine de nous considérer autrement que comme des numéros auxquels il n'est pas utile de fournir des réponses ?
Que dois-je penser d'un employeur qui me fait travailler depuis le 1er septembre sans contrat, sans salaire et sans protection sociale ? Enfin dites-moi ce que je peux dire à mon banquier qui se
demande comment je vais honorer la prochaine échéance de mon prêt ?
Les retards et les dysfonctionnements existent, nous sommes tous capables de le comprendre et de l'accepter à condition qu'on nous en fasse part.

Une prof. déçue qui aurait aimé être entendue par son "employeur".

Chris-fle 26/09/2014 10:13

Merci au collectif d'exprimer l'exaspération grandissante des collègues !
Je me sens personnellement piégé car je vais signer (version optimiste de la situation) un contrat avec un employeur à qui je fais de moins en moins confiance et qui manque totalement de
considération envers ses enseignants, tout en les soumettant à des conditions de travail souvent difficiles, changeantes, voire improvisées; je fais ici allusion aux séances d'aide aux inscriptions
début septembre: on a dû accueillir un nombre considérable de personnes dans des conditions difficiles, et ensuite aux orientations anticipées qui nous demandent un gros effort d'adaptation, en
soirées. Et en guise de considération ou d'information, il faudrait en plus que nous étudiions l'organigramme complet de la Ville de Paris pour découvrir et comprendre où et pourquoi ça coince !!

collectif-pour-la-contractualisation-des-profs 26/09/2014 13:44



Effectivement, il y a de quoi être exaspéré; ces contrats ont été promis offciellement en juin 2013. On nous convoque pour différentes tâches sans aucune allusion à notre recrutement !
Spécialement dans certaines disciplines où les procédures de rentrée ont été considérablement alourdies (le français) on nous demande d'être de bons petits soldats. Les exigences comme tu le dis
ont été accrues. Quelle est la contrepartie actuellement ? Aucun cadre d'emploi légal ! Notre employeur a laissé 8 jours aux professeurs, en juin, pour constituer leur dossier, déclarant que ce
bref délai était le fait d'une volonté d'agir vite.
Toutes nos félicitations aux Ressources Humaines municipales: 3 mois après réception des dossiers, rien de fait. Cela n'encourage personne !



Présentation

  • : COLLECTIF POUR LA CONTRACTUALISATION DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS
  •  COLLECTIF POUR LA CONTRACTUALISATION DES PROFESSEURS DE LA VILLE DE PARIS
  • : Nous réclamons la contractualisation des professeurs faux vacataires de la ville de Paris. La prise en compte de l'ancienneté et une priorité à l'embauche.
  • Contact

Recherche